CLUB ARIANES

20 cas cliniques didactiques préparés par l’équipe de Neuroradiologie du Centre Hospitalier Universitaire de Lille.

Chaque jeudi, un membre de l’équipe commentera 5 cas cliniques en direct lors d’une visioconférence

4 WEBINARS AVEC REPONSES AUX QUIZ

Jeudis 10, 17, 24 juin et 1er juillet de 18h à 19h30

G4 Hauts-de-France

           

Conseil professionnel de la radiologie française

Missions du G4 Régional

  • Harmoniser des actions de promotion et de défense de la radiologie et de l’imagerie médicale
  • Présenter des positions communes des structures professionnelles adhérentes du G4 National
  • Apporter son adhésion aux positions et actions définies par le G4 au niveau National
  • Interlocuteur privilégié des structures institutionnelles régionales actuelles et futures, en particulier dans le cadre des Conseils Régionaux d‘Imagerie. Le G4 National, dans le cadre de la réalisation de son objet, peut confier des missions particulières à la Délégation Régionale


Edito

MERCI  à TOUS

Face à l’épidémie de Covid 19, les radiologues et leurs collaborateurs ont été – après les médecins généraliste et les réanimateurs – en première ligne .
Ils ont répondu à leurs obligations professionnelles avec courage et détermination.
Alors que le matériel de protection était compté, nous avons tous fait notre devoir  pour protéger notre personnel et répondre aux angoisses diagnostiques légitimes de nos patients et de nos confrères .
L’imagerie, ici le scanner a été déterminant dans le diagnostic de la Covid et a été et reste un élément  fondamental dans  le pronostic de la maladie.
Rappelons qu’avant les tests PCR, c’était le seul examen à disposition pour affirmer le diagnostic face à des symptômes respiratoires évocateurs et inquiétants.
Nous avons su, hospitaliers publics et libéraux ,mettre en commun aussi rapidement que possible nos protocoles et nos résultats pour préciser la séméiologie radiologique de l’affection et établir des scores pronostiques.
Nos échanges ont été fructueux et efficaces pour le bénéfice de nos patients ;
Merci encore à nos manipulateurs qui courageusement et sans faillir ont réalisé avec nous ces scanners ;
Merci à nos manipulateurs qui sont allés quotidiennement au lit des patients pour faire des radiographies de thorax lorsqu’elles étaient indispensables, notamment en réanimation.
La grandeur d’un homme se mesure à sa réponse face à l’adversité.
La grandeur d’une nation, c’est la solidarité face à l’adversité.
Notre communauté radiologique a été solidaire pendant cette épidémie et toutes les composantes du G4 ont répondu présent.

MERCI à vous tous : hospitaliers, libéraux, universitaires d’avoir été présents, efficaces, solidaires.

CONTINUONS

Le mal n’a pas disparu ; avant que cette triste expérience ne soit un souvenir du passé, nous devons continuer à échanger et à nous renforcer.
Nous ne devons pas oublier aussi nos autres malades.
La parenthèse qui a été faite, pendant le pic de l’épidémie et le confinement , sur les maladies chroniques et le dépistage a certainement été plus ou moins préjudiciable aux patients atteints d’autres pathologies.
Désormais, forts de notre expérience, nous savons qu’il ne faut pas faire de parenthèses et continuer à diagnostiquer toutes les maladies…par tous les temps.
Continuons donc à progresser…pas seulement dans les nouvelles maladies .
Ainsi la création du réseau régional Hauts de France ARIANES, initié par le Pr Jean-Pierre PRUVO va permettre –nous l’espérons- de faire progresser la séméilogie, le diagnostic, le pronostic dans un certain nombre de pathologie neurologique et psychiatrique. Ce maillage territorial des IRM 3T homogénéisera la prise en charge en imagerie des patients en neuroradiologie avec 4 domaines cibles initiaux : la Sclérose en plaque, la maladie d’Alzheimer, la maladie de Parkinson, la Schizophrénie.
Nous souhaitons que ce grand projet de recherche mutualisé soit rapidement efficace et puisse aussi bénéficié des apports  dans le futur d’une imagerie 7T.

CONTINUONS à être responsable de l’avenir de notre spécialité.

Certains voudraient nous faire passer pour des techniciens de l’image, nous mettre au rebut  et piloter nos machines avec des logiciels et des robots.
Revendiquons encore et toujours notre place de médecin et de spécialiste de l’image.
Nous ne prenons pas en charge des dossiers d’images mais des patients avec leurs images.
C’est ainsi que le dialogue singulier que nous pouvons avoir avec nos patients est une garantie pour eux d’une prise en charge optimale dans le parcours de leurs soins et dans la continuité de leurs soins.
Faut-il aussi rappeler que Médecin spécialiste de l’image, nous savons aussi traiter, soigner, guérir grâce à nos techniques de nombreuses pathologies.
L’imagerie interventionnelle se développe d’année en année et tous nos jeunes « apprentis » doivent s’intéresser à ces nouvelles orientations.
Gageons que les jeunes générations comprendront
– l’importance de la précision et de la qualité de leur diagnostic,
– l’importance du dialogue avec le patient,
– l’importance d’allier savoirs en imagerie diagnostique  et  en imagerie thérapeutique.

Dr Isabelle LAMBERT

SFR e-Bulletin – Actualités

Blog

 

Les équipements dans les Hauts-de-France

IRM

SCANNER

L’équipe

Société Française de Radiologie – Fédération Nationale des Médecins Radiologues – Collège des Enseignants en Radiologie de France – Syndicat des Radiologues Hospitaliers

Jean Christophe DELESALLE

Président

Jean Pierre PRUVO

Secrétaire Général